Communiqué – Suicide et homosexualité : t’es pas seul!

Par WebmestreCommuniqués

Montréal, le 7 février 2012 — Le Centre d’aide, d’écoute téléphonique et de renseignements des gais et lesbiennes du Québec, Interligne, profite de la semaine de prévention du suicide pour rappeler aux personnes qui vivent une période difficile en relation avec l’orientation sexuelle qu’elles ne sont pas seules.

Avoir l’impression d’être seul dans la vie avec un immense secret et de ne pas pouvoir en parler demeure encore une difficulté pour plusieurs personnes homosexuelles. Mais, il y a l’option : parler avec une autre personne homosexuelle, de manière anonyme et confidentielle; un service offert par Interligne. Interligne contribue à la prévention du suicide. Pour le président d’Interligne, Laurent McCutcheon, « la prévention du suicide doit précéder les crises suicidaires. Il est maintenant établi que certaines personnes vivent difficilement leur période d’identification sexuelle. C’est à ce moment qu’il faut intervenir. La peur du rejet, l’appréhension des réactions de l’entourage, l’isolement et la solitude nourrissent l’idée que l’on est seul avec son secret. Il faut savoir que si les idées suicidaires envahissent notre esprit et que l’on se sent seul, il est possible de parler de manière anonyme et confidentielle avec des gais et des lesbiennes. Tous les intervenants et intervenantes d’Interligne sont des gais et des lesbiennes. »

Les études quantitatives sur le suicide établissent que les garçons homosexuels présenteraient de 6 à 14 fois plus de risques de suicide que leurs pairs hétérosexuels, et cela au moment du questionnement de leur orientation sexuelle communément appelé processus du « coming out ». Au Québec, cette réalité a longtemps été niée par le ministère de la Santé et des Services sociaux. C’est sous le leadership de Gai Écoute que les choses ont commencé à changer. Après avoir initié l’étude Mort ou Fif conduite par le professeur Michel Dorais assisté de Simon-Louis Lajeunesse, et conduit un groupe de travail qui a produit le rapport L’urgence d’agir (2004). Par la suite, à la demande d’Interligne, le gouvernement du Québec a reconnu que les personnes homosexuelles forment un groupe à risque de suicide.

Par ailleurs, Interligne tient à rassurer les parents qui ont des enfants homosexuels. L’homosexualité n’est pas une raison pour se donner la mort. Seule l’homophobie constitue un danger en période de vulnérabilité ou période de crise d’identité sexuelle.

La véritable meilleure prévention du suicide est celle qui s’attaque aux causes. Interligne n’est pas spécialisée dans l’intervention de crises suicidaires bien que tous ses intervenants possèdent la formation et le protocole nécessaire pour gérer une situation de crise. Toutefois, le meilleur moment d’intervenir est à l’apparition des idées suicidaires, qui dans le cas des personnes homosexuelles, se présente lors de la période de questionnement de son orientation sexuelle, ou période de « coming out ».

Depuis 1980, Interligne offre des services d’aide et d’écoute téléphonique anonyme, d’aide par courriel et de clavardage personnalisé, tous les jours de 8 h le matin à minuit : 1 888-505-1010 et www.interligne.co

Invitation aux médias
Les médias qui souhaitent visiter la salle d’écoute pourront le faire ce mardi 7 février entre 10 h 30 et
15 h. Pour rendez-vous, 514-866-6788

-30-

Source: Interligne
Renseignements :
Laurent McCutcheon : 514-522-7614
Robert Laramée 514-866-6788