Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie | Bilan 2017-2018 : Hausse de 30 % des recours aux services d’Interligne

Par WebmestreActualités, Communiqués

MONTRÉAL, le 16 mai 2018 – Interligne, le centre de première ligne en matière d’aide et de renseignements à l’intention des personnes concernées par la diversité sexuelle et la pluralité des genres, a reçu plus de 20 000 recours à ses services en 2017-2018, une augmentation de 30 % par rapport à l’an dernier. Le rejet, la solitude et l’isolement sont au cœur des confidences entendues à la ligne d’écoute.

« Si cette augmentation est en partie due au lancement du service de nuit et du service d’aide par texto, elle illustre surtout qu’il y avait un manque à combler », explique Pascal Vaillancourt, directeur général d’Interligne. « Lors de la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie, il est important de rappeler que malgré les avancées, il y a encore beaucoup de travail de sensibilisation à faire », a-t-il ajouté.

« La population tend à sous-estimer les difficultés rencontrées par les personnes LGBTQ+ », ajoute Mireille St-Pierre, coordonnatrice des services. Le personnel à l’écoute constate jour après jour que l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie sont bien réelles au Québec. Leurs impacts directs et indirects se manifestent par un haut pourcentage de demandes d’aide (85%) par rapport aux demandes de renseignements. En 2017-2018, Interligne a également connu une augmentation des appels de la part de personnes trans.  Les cinq motifs d’appels les plus fréquents sont :

  • Le rejet, la solitude et l’isolement (20 %)
  • La découverte, le questionnement et l’acceptation de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre (11 %)
  • Les relations intimes ou amoureuses (11 %)
  • La santé psychologique (11 %)
  • Les relations familiales et amicales (11 %)

 

Afin de contribuer au travail de sensibilisation et d’encourager les gens à demander de l’aide, Sophie Paradis, Simon Boulerice, Gabrielle Boulianne-Tremblay et Nicolas Ouellet ont récemment accepté de faire équipe à titre de co-porte-paroles d’Interligne. En quelques mots, ils ont partagé leur vision des réalités des personnes LGBTQ+ et les raisons de leur implication chez Interligne. En voici des extraits :

« Je pense que ce que je dirais aux personnes qui pensent qu’il n’y a plus de préjugés sur l’orientation sexuelle au Québec, c’est […] qu’il y a eu une amélioration, parce que c’est le propre d’une société de s’améliorer, de progresser, de connaître du progrès… Mais de là à dire que ça n’existe plus, c’est un peu un propos hérétique, à mon avis. Il faut continuer à travailler. » – Nicolas Ouellet.

« Devenir porte-parole d’Interligne pour moi, aujourd’hui, ça devient extrêmement important parce qu’il y a encore beaucoup de gens qui sont en détresse parce qu’ils sont pris avec eux même et ils ne sont pas capables de sortir de leur coquille pour être vivants. […] Donc, si je peux aider à donner un peu d’espoir à des gens ce sera un petit peu mission accomplie. » – Sophie Paradis

« Je me revois adolescent, puis, j’étais très fragile, je sentais tout le temps le jugement des autres sur moi. Je considère qu’on a beaucoup évolué […]. Je vais beaucoup dans les écoles et ce que je vois ce n’est pas du tout ce que j’ai vécu. Et c’est très rassurant en fait. Mais, je sais qu’à l’intérieur de certains d’entre eux, ça ne va pas du tout. Dans certains cas, il y a du réel désarroi parce qu’il y a de l’homophobie latente, subtile et insidieuse qui perdure. » – Simon Boulerice

« Moi, j’ai vécu beaucoup d’intimidation au niveau secondaire parce que, en étant une femme trans, dans le fond, je ne correspondais pas aux attentes des gens. […] Je suis devenue porte-parole Interligne parce que je trouve ça important que ma communauté trans puisse s’identifier à ce service et aller sans crainte se confier.» – Gabrielle Boulianne-Tremblay

Visionnez les capsules vidéos sur : http://interligne.co/porte-paroles/

Le 17 mai, Pascal Vaillancourt, directeur général d’Interligne et Sophie Paradis, porte-parole d’Interligne, tiendront un kiosque d’information à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), située au 1601, avenue de Lorimier à Montréal.

Soutenir Interligne : Michel Tremblay : Au-delà des mots

Pour continuer d’aider le plus de gens possible, Interligne a besoin d’aide. Le 3 juin 2018, le public est convié à soutenir Interligne en participant à l’encan d’aquarelles Michel Tremblay, au-delà des mots. Plus de 250 aquarelles seront mises aux enchères dans le cadre de cet événement qui se déroulera au Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie, à Montréal. Michel Tremblay et les porte-paroles d’Interligne seront sur place pour accueillir les personnes participantes. http://interligne.co/micheltremblay/

SOURCE : INTERLIGNE

Renseignements

Maryse Bézaire – Directrice des communications
Interligne (anciennement Gai Écoute)
514 866 6788 poste 129 ou 514 738-7322

Ressources connexes :