À propos

Mission

Interligne est un centre d’aide, d’écoute et de renseignements à l’intention des personnes concernées par la diversité sexuelle et de genre. Sa mission est d’offrir un soutien aux personnes LGBT, à leurs proches et aux intervenants qui travaillent auprès d’eux. En offrant une écoute attentive, de l’information sur l’orientation sexuelle et des renseignements généraux à ces personnes, Interligne contribue au bien-être des personnes LGBT et favorise une plus grande ouverture de la société à leurs réalités.

Services

Offerts en langues française et anglaise, les services d’Interligne s’articulent autour des axes suivants :

 

L’administration

Pascal Vaillancourt, directeur général
pascal.vaillancourt@interligne.co
514 866-6788 poste 23 ou 515 222-2240

Maryse Bézaire, directrice des communications
maryse.bezaire@interligne.co
514 866-6788 poste 29 ou 514 738-7322

Marie-Claude Gendron, directrice du développement philanthropique
marie-claude.gendron@interligne.co
514 866-6788 poste 24

Mireille St-Pierre, coordonnatrice des services
mireille.st-pierre@interligne.co
514 866-6788 poste 27

Marie-Michèle Gobeil, adjointe administrative
adj.adm@interligne.co
514 866-6788 poste 21

Membres du conseil d’administration

Les membres du conseil d’administration d’Interligne sont élus par les bénévoles, écoutantes et écoutants réunis en assemblée générale annuelle.

Robert Asselin, président

Murillo Rego, vice-président à l’administration

Jonathan Fallu, vice-président aux services à la clientèle

Johanne Audet, trésorière

Jean-Benoît Vallières, secrétaire;

Youri Chassin, administrateur

Anthony Francis Lombardi, administrateur  

Historique

Mis sur pied en 1980 par des bénévoles, Interligne, alors connu sous le nom de Gai Écoute est un des plus anciens services des communautés gaie et lesbienne du Québec.

1980-1995

1980 : Gai Écoute inc. naît en 1980, grâce à l’initiative de quelques bénévoles soutenus par le Centre des services sociaux Ville-Marie (CSS). À ses débuts, Gai Écoute inc. offrait ses services du mercredi au samedi, de 19 h à 23 h.

1982 : L’Association pour la défense des droits des gais et des lesbiennes du Québec (ADGLQ) prend la relève du CSS.

1986 : Après la dissolution de l’ADGLQ, Gai Écoute s’incorpore en vertu de la troisième partie de la Loi sur les compagnies comme organisme sans but lucratif. Tous les écoutants sont membres de Gai Écoute. Ils forment l’assemblée générale, laquelle se donne un conseil d’administration composé de cinq membres. Peu de temps après, Gai Écoute inc. obtient le statut d’organisme de bienfaisance permettant d’émettre des reçus de charité aux fins des crédits d’impôts.

1986-1995 : Durant cette décennie, Gai Écoute connaît une croissance et une consolidation de ses activités. De quelques soirées d’écoute par semaine offertes par une petite équipe de bénévoles, les services sont étendus à tous les soirs. L’accroissement du nombre de bénévoles permet de restructurer le programme de formation. De même, l’implantation d’une banque de données informatisée facilite la mise à jour de l’information concernant les ressources.

1996-2000

1996 : L’année 1996 marque un tournant majeur dans la vie de Gai Écoute. Avec l’aide financière du ministère de la Santé et des Services sociaux, les services jusqu’ici réservés aux résidants du Grand Montréal sont étendus à la grandeur du Québec. En effet, avec le service gratuit 1 888 505-1010, tous les Québécois et toutes les Québécoises de langue française et anglaise ont accès à un service d’écoute et de renseignements spécialisé dans les questions relatives à l’orientation sexuelle. Géré par Gai Écoute, les appels en anglais reçus par le service 1-888 sont dirigés vers Gay Line (CAEO Québec) qui assure le service anglophone. La Ville de Montréal collabore aussi au projet en offrant des locaux à Gai Écoute et à Gay Line.

1997 : Après avoir vécu publiquement son homosexualité tout au long de l’année dans Pignon sur rue diffusée à Télé-Québec, Dany Arsenault devient ambassadeur de Gai Écoute auprès des jeunes. Une entente conclue avec Divers/Cité, organisme responsable du défilé de la fierté gaie de Montréal, fait de Gai Écoute l’hôte officiel des personnalités invitées à prendre part au défilé. Début des campagnes publiques de Gai Écoute, visant à faire connaître l’organisme et combattre les préjugés envers les personnes gaies. Lancement des campagnes Ceci est une tapette et Fifi, c’est le nom d’un chien.

1998 : Le dramaturge Michel Marc Bouchard et le comédien Yves Jacques acceptent avec générosité de devenir les porte-parole de Gai Écoute. Campagne Par ici la sortie.

1999 : Campagne Elles s’aiment au grand jour.

2000-2010

2000 : Daniel Pinard prend la relève à titre de porte-parole de Gai Écoute. Première publicité télévisée de Gai Écoute mettant en vedette Daniel Pinard. Les services téléphoniques de Gai Écoute sont désormais accessibles de 11 h à 23 h, tous les jours de l’année. Créée à l’initiative de Gai Écoute, la Fondation Émergence voit le jour le 31 mai. En octobre, parution de l’étude Mort ou fif, réalisée par le professeur Michel Dorais de l’Université Laval à la demande de Gai Écoute, portant sur le suicide chez les jeunes gais.

2001 : En juin, l’Association québécoise de prévention du suicide accorde le Prix Réjean-Marier à Gai Écoutepour sa contribution à prévenir le suicide chez les jeunes homosexuels. En octobre, lancement de la campagne La vie en rose… pas toujours rose! En novembre, Gai Écoute figure parmi les trois finalistes des Prix québécois de la citoyenneté, catégorie organisme communautaire.

2003 : Première édition de la Journée nationale de lutte contre l’homophobie, événement annuel mis sur pied par la Fondation Émergence, qui deviendra la Journée internationale contre l’homophobie.

2004 : Gai Écoute franchit, pour la première fois, le cap des 20 000 services rendus en une seule année. Lancement de la campagne Effets secondaires de rire de l’homosexualité.

2005 : Dévoilement des conclusions d’un groupe de réflexion, mis sur pied par Gai Écoute, sur la prévention du suicide chez les personnes homosexuelles. En mars, Gai Écoute fête ses 25 ans d’existence. Laurent McCutcheon, président de Gai Écoute, est nommé Personnalité de la semaine par le quotidien La Presse, dans son édition du dimanche 13 mars 2005. En mars également, Gai Écoute organise un premier colloque sur la visibilité lesbienne. Le 13 décembre, Gai Écoute lance une nouvelle campagne thématique intitulée Homosexseul lors d’une conférence de presse à laquelle sont présents Dany Turcotte, Daniel Pinard et René Richard Cyr. Cette nouvelle campagne permet à Gai Écoute de lancer sa deuxième publicité télévisée, laquelle sera présentée pour la première fois lors de l’émission Tout le monde en parle.

2006 : Gai Écoute profite de la Journée internationale des femmes pour dévoiler une nouvelle campagne faisant la promotion de la visibilité lesbienne et organiser un second colloque sur le sujet. En décembre, Gai Écoute ajoute une affiche à sa « collection rose » : L’homosexualité, c’est pas laid!

2007 : Le 8 mars, lors d’un troisième colloque sur la visibilité lesbienne, Gai Écoute lance le Prix Visibilité lesbienne qui sera remis à une organisation, à un employeur ou à un milieu de travail ouvert et sensible aux réalités lesbiennes. Lors de la cinquième édition de la Journée internationale contre l’homophobie le 17 mai, Monique Giroux, animatrice à la radio, et Éric Bernier, comédien, deviennent porte-parole de Gai Écoute et de la Fondation Émergence.  Présentation d’un mémoire, intitulé Pour que vieillir soit gai, à la Consultation publique sur les conditions de vie des aînés. Le 6 décembre, le président de Gai Écoute et de la Fondation Émergence, Laurent McCutcheon, reçoit le Prix Droits et Libertés 2007 de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.  Le 18 décembre, Gai Écoute lance la première campagne de publicité sociétale liées aux réalités gaies et lesbiennes à la radio : Parce que ce n’est pas toujours aussi facile… À l’occasion du lancement de cette campagne, Alex Perron, humoriste et animateur à la télé, se joint à l’équipe des porte-parole de Gai Écoute et de la Fondation Émergence.

2008 : En collaboration avec le GRIS-Montréal, Gai Écoute organise le quatrième colloque sur la visibilité lesbienne sous le thème « La place des lesbiennes dans les médias ». À l’occasion de ce colloque, Gai Écoute remet le premier prix Visibilité lesbienne à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

2009 : Tenue d’un cinquième colloque sur la visibilité lesbienne le 8 mars, avec pour thème De l’oppression à la reconnaissance : les conditions de vie des lesbiennes venues d’ailleurs, des femmes lesbiennes et bispirituelles des Premières Nations. Laura Yaros, militante dans diverses organisations féministes, lesbiennes et communautaires depuis 36 ans, reçoit le deuxième prix Visibilité lesbienne remis par Gai Écoute. À la veille de la Saint-Valentin, lancement de la nouvelle campagne de Gai Écoute intitulée J’aime. Le 3 mai, Gai Écoute et la Fondation Émergence reçoivent une subvention pour le bien-être des aînés gais et lesbiennes (programme Pour que vieillir soit gai). Le 3 septembre, Gai Écoute met en ligne son nouveau portail Internet.

2010 : En octobre 2010, Gai Écoute lance un nouveau service d’aide, celui du clavardage en privé.

2011 à 2016

2011 : En mars 2011, le Prix de la justice du Québec 2010 est remis à Laurent McCutcheon, président de Gai Écoute, pour son engagement à promouvoir les valeurs de justice et pour son implication et son travail pour l’avancement des droits des personnes gaies et lesbiennes et des autres diversités sexuelles.

2012 : En juin 2012, Gai Écoute lance le Registre des actes homophobes, un service anonyme et confidentiel qui permet de recenser les actes homophobes, de dresser un portrait de la situation, d’aider et d’informer les gens de leurs recours.

2013 : En 2013, Laurent McCutcheon quitte ses fonctions à la présidence. Robert Asselin, bénévole chez  Gai Écoute depuis plus de 20 ans, prend la relève.

2014 : Gai Écoute introduit des services anglophones à la ligne d’écoute. L’organisme lance son nouveau site web ainsi que le Guide de ressources LGBT.

2015 : En 2015, Gai Écoutelance la première affiche d’une campagne axée sur les questions les plus souvent posées à la ligne d’écoute. L’organisme adopte une signature plus inclusive : Pour les personnes concernées par la diversité sexuelle et de genre.

2016 : En septembre 2016, Gai Écoute commence à offrir ses services 24 h sur 24 grâce à une subvention de la Ville de Montréal.

2011 à 2017

2017 : Gai Écoute tourne une page de son histoire et devient Interligne.

 

Fondation Émergence

Interligne croit en l’importance de sensibiliser la population aux réalités des communautés LGBT et de lutter contre l’homophobie afin de prévenir les difficultés liées au manque d’acceptation sociale. C’est pourquoi Interligne est un fier partenaire de la Fondation Émergence, un organisme qui propose des programmes d’information et de sensibilisation afin de lutter contre les préjugés et de favoriser le bien-être et l’égalité des personnes LGBT. Créée à l’initiative d’Interligne (alors appelé Gai Écoute), la Fondation Émergence est un organisme entièrement autonome, ayant son propre conseil d’administration, dont les membres sont élus par l’Assemblée des gouverneurs.

Interligne est membre ou partenaire de divers organismes :

  • l’Association des centres d’écoute téléphonique du Québec (ACET);
  • l’Association des lesbiennes et des gais sur Internet (ALGI);
  • l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS);
  • le Centre communautaire des gais et lesbiennes de Montréal (CCGLM);
  • la Coalition jeunesse montréalaise de lutte à l’homophobie (CJMLH);
  • le Regroupement intersectoriel des organismes communautaires de Montréal (RIOCM);
  • le Réseau des lesbiennes du Québec (RLQ);
  • Suicide Action Montréal (SAM).


Interligne collabore aussi étroitement avec des organismes des communautés gaie, lesbienne, bisexuelle et trans du Québec, y compris les médias de ces communautés.