Comment traverser le coming-out en famille?

Comment poursuivre le dialogue avec son enfant gai ou lesbienne dans cette période de crise?

Le deuil de « l’enfant idéal » n’est pas facile à faire pour les parents. Comme tous les deuils, celui d’avoir un enfant gai se manifeste d’abord par un état de choc, suivi d’une période d’adaptation, de tolérance et, éventuellement, d’acceptation.

Au moment du coming-out de son enfant, les parents ressentent très souvent de la colère, de la peine, de la honte. On pleure. On rage. On ne dort pas bien, et notre niveau de tolérance s’en ressent. On a envie de crier des injures. Et, dans ce contexte de crise, il est très difficile de s’entendre, de se comprendre, en tant qu’individu, en tant que couple et en tant que famille. Pour éviter une rupture qui pourrait être définitive avec son enfant, pour réussir à cheminer ensemble vers l’acceptation de l’homosexualité, il faut idéalement :

  • Avoir le désir sincère de garder la communication ouverte, dans le respect mutuel;
  • S’engager les uns envers les autres à respecter le rythme de chacun;
  • Faire des efforts pour se mettre « dans la peau de l’autre » et essayer de comprendre la situation de chacun des points de vue respectifs.

Cela n’est pas facile. Mais si, en tant que père et mère, on peut respecter ces lignes de conduite d’abord dans notre couple et, ensuite, auprès de son enfant, on pourra éviter de tenir des propos si coupants, si définitifs, que la relation familiale s’en trouve blessée parfois de manière irrémédiable. Convenons donc, avec notre enfant, d’essayer de garder le dialogue ouvert, de respecter le temps dont chacun et chacune a besoin pour cheminer et de faire des efforts réels pour comprendre ce que l’autre ressent.

Cliquez ici si cet article vous a été utile.20