Adolescents

 

Ados

« Mes parents ne m’accepteront jamais » : Comment dévoiler son homosexualité à ses parents?

Dévoiler son homosexualité à ses parents est un acte parfois difficile qui doit être mûrement réfléchi. Les parents ont rarement prévu ce cheminement pour leur enfant et, étant hétérosexuels, ils sont généralement peu informés sur les questions liées à l’orientation sexuelle. Conséquemment, cette découverte peut être un choc pour eux, et ils auront besoin de temps pour apprivoiser l’idée. Il faut donc être sûr de soi avant d’entreprendre une telle démarche.

Avant de prendre votre décision, il est fortement suggéré de considérer les questions suivantes :

  •  Êtes-vous à l’aise avec votre orientation sexuelle?
  • Quelles sont vos motivations pour lesquelles vous voulez annoncer cette nouvelle?
  • Êtes-vous proche et à l’aise avec vos parents?
  • Dépendez-vous d’eux financièrement?
  • Avez-vous des amis ou un réseau de soutien pour vous aider dans cette démarche?
  • Comment anticipez-vous la réaction de ces personnes?
  • Possédez-vous suffisamment de connaissances pour répondre aux questions et dissiper les fausses conceptions?
  • Êtes-vous prêt à faire preuve de patience à l’égard de ces personnes importantes dans votre vie et, surtout, à faire face à toutes réactions négatives éventuelles de leur part?


Enfin, toutes ces questions vous aideront à évaluer votre situation et à prendre votre décision. N’hésitez surtout pas à nous téléphoner, si vous souhaitez en parler davantage avec les intervenants et les intervenantes de Gai Écoute qui vous accueilleront chaleureusement et sans jugement. Nos services, offerts quotidiennement, sont confidentiels, anonymes et gratuits.

Source : Ministère de la Santé et des Services sociaux en collaboration avec le CLSC des Faubourgs de Montréal, Bien vivre son orientation sexuelle – Les hommes et l’homosexualité, 1999

Cliquez ici si cet article vous a été utile.47


Est-ce qu’il est possible de tout à coup devenir, bisexuel(le), gai ou lesbienne sans savoir pourquoi?

Question : Je suis un(e) adolescent(e) et depuis un moment, j’ai des questionnements sur mon orientation sexuelle. Toute ma vie, j’ai été attiré(e) par l’autre sexe et cela n’a pas changé. Mais mes questionnements durent depuis un certain temps, et ils me dérangent beaucoup. Je ne pleure plus, mais j’y pense encore et je ne me sens pas bien avec ça. Est-ce qu’il est possible de tout à coup devenir, bisexuel(le), gai ou lesbienne sans savoir pourquoi?

Réponse : 

Il n’est pas facile de vivre avec des questionnements sur soi. On souhaiterait que les doutes disparaissent et que tout devienne clair rapidement. Ces souhaits sont compréhensibles, mais il est fréquent de ne pas trouver des réponses tout de suite. C’est généralement les doutes et les indices qui, au fil du temps, qui nous aident éventuellement à y voir plus clair.

Sache que tu n’es pas seul(e) à te poser des questions sur ton orientation sexuelle. À l’adolescence, et même à l’âge adulte, il est normal d’avoir des questions par rapport à plusieurs sphères de sa vie, y compris l’orientation sexuelle.

Ces questionnements peuvent être différents pour chaque personne, et durer plus longtemps pour certaines personnes que pour d’autres. L’orientation sexuelle se découvre aussi différemment d’une personne à l’autre. Des gens disent qu’ils ou elles ont toujours été certains de leur orientation, alors que d’autres personnes la découvre subitement, suite à une expérience ou des questionnements. Il est possible de découvrir que nous avons une attirance pour le même sexe alors que nous ne nous étions jamais posé la question, et que nous n’avions pas eu d’autres signes de cette attirance auparavant. Il arrive cependant aussi que des personnes vivent des expériences homosexuelles au cours de leur vie sans pour autant être gai, lesbienne ou bisexuel(le).

Il n’y a donc pas de règles concernant la découverte de son orientation sexuelle. Mais être patient(e) et apprendre à s’écouter, à se fier à ses sentiments et faire confiance à son ressenti sont des attitudes qui favorisent la découverte de son orientation sexuelle.

Pour en savoir plus sur le « pourquoi » derrière l’orientation sexuelle, tu peux consulter la question Est-ce que l’on vient au monde gai, lesbienne ou bisexuel(le?).

Si tu souhaites parler davantage de ce que tu vis, n’hésite pas à communiquer avec nous en utilisant le clavardage en privé ou en appelant à la ligne d’écoute au 514 866-0103 ou au 1 888 505-1010. Pour en savoir plus sur le

Cliquez ici si cet article vous a été utile.29


Je me fais harceler à l’école. Comment faire pour que cela arrête?

Certains jeunes gais et certaines jeunes lesbiennes vivent de l’homophobie à l’école et ressentent de la peur. Il est très important de comprendre que cette situation est inacceptable puisque tout élève a le droit d’être respecté et d’être en sécurité dans son école. Les jeunes qui sont victimes d’homophobie peuvent en parler aux intervenants de leur milieu scolaire (psychologue, travailleur social, infirmière, éducateur) afin d’obtenir du soutien. Ils peuvent également trouver des personnes à l’extérieur de l’école en qui ils ont confiance et qui sont susceptibles de les aider à trouver des solutions. Enfin, les jeunes aux prises avec des problèmes d’harcèlement et d’homophobie sont fortement invités à téléphoner ou écrire à Gai Écoute. C’est gratuit, anonyme et confidentiel.

Cliquez ici si cet article vous a été utile.15


Si je révèle mon orientation sexuelle, est-ce que je vais perdre tous mes amis?

Les amis se montrent souvent plus ouverts et moins critiques à l’annonce de l’homosexualité de l’un ou de l’une de leurs proches. Il sont généralement plus compréhensifs, même si certains peuvent éprouvés quelques difficultés à aborder la question de l’orientation sexuelle.

Puisqu’il est impossible de prévoir avec exactitude la réaction de vos amis, il est préférable de se sentir prêt et à l’aise avec son orientation sexuelle avant d’en parler à son entourage. Par ailleurs, il faut mieux choisir un ami ou une amie en qui vous avez confiance, une personne qui vous respecte et qui est susceptible d’être ouverte à l’homosexualité. C’est important de se protéger des réactions homophobes, et certains gais et lesbiennes aiment faire initialement une petite enquête autour d’eux afin de distinguer les personnes ouvertes de celles qui sont homophobes.

Certaines personnes vous aideront à parler de ce que vous vivez, d’autres vous surprendront. Dites-vous qu’une réaction première est rarement définitive, et la majorité des gais et des lesbiennes ont su, suite à leur coming-out, développer des relations plus authentiques et mieux s’épanouir et mieux s’épanouir.

Source : Ministère de la Santé et des Services sociaux en collaboration avec le CLSC des Faubourgs de Montréal, Bien vivre son orientation sexuelle – Les femmes et l’homosexualité, 1999 – Ministère de la Santé et des Services sociaux en collaboration avec le CLSC des Faubourgs de Montréal, Bien vivre son orientation sexuelle – Les hommes et l’homosexualité, 1999

Cliquez ici si cet article vous a été utile.9


Qu’est-ce qu’une alliance LGBT/hétéro et comment puis-je en créer une dans mon école?

La Fédération canadienne pour la santé sexuelle définit l’alliance gai/hétéro ainsi :

Une alliance gai/hétéro (AGH) est un groupe dirigé par des élèves. Elle fournit un lieu sûr où les jeunes gais, lesbiennes, bisexuels, transgenre, intersexe, en questionnement, queer, bispirituels (GLBTIQQB) et hétérosexuels peuvent socialiser, se soutenir mutuellement et discuter d’enjeux liés à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre, de même que de moyens pour contrer l’homophobie et le sexisme. C’est un excellent moyen de développer un sentiment de communauté et d’atténuer l’isolement parmi les élèves GLBTIQQB, dans votre école. (Source)

Selon une étude d’ÉGALE Canada, la présence d’une alliance LGBT/hétéro dans une école aurait des effets bénéfiques chez les jeunes LGBT. Ils seraient plus nombreux à faire leur coming out dans une école où il y a une alliance LGBT/hétéro et ils se sentiraient plus soutenus par l’administration, les enseignants et les autres élèves de leur école.

Pour créer une alliance LGBT/hétéro dans ton école, nous t’invitons à consulter le Guide des alliances gai-hétéro du gouvernement du Manitoba.

 

Cliquez ici si cet article vous a été utile.7


Mon père est homophobe et j’ai peur qu’il me mette à la porte. Quoi faire?

Il arrive que des gais et des lesbiennes vivent de l’homophobie dans leur famille. Même si ces situations de rejet total sont exceptionnelles, certains jeunes se retrouvent à la rue, sans domicile fixe et exposés à des problématiques multiples après avoir dévoilé leur homosexualité à leur famille. Il existe plusieurs organismes pouvant aider les jeunes âgés de moins de 18 ans à traverser une telle situation de crise.

 

 

 

 

En cas d’urgence, on peut aussi communiquer, en tout temps, avec le service de police de sa municipalité en composant le 9-1-1.

Cliquez ici si cet article vous a été utile.3


Je suis gai ou lesbienne et j’ai peur de ce que l’avenir me réserve et que les gens ne m’aiment pas

Lorsque l’on se découvre gai, lesbienne, bisexuel ou trans, il est tout à fait compréhensible d’avoir des craintes par rapport aux réactions de notre entourage et de se questionner sur l’impact de ces réactions sur notre avenir.

Parfois, il arrive effectivement que des gens réagissent d’une façon négative à l’annonce d’une orientation sexuelle ou d’une identité de genre différente. Ces réactions peuvent être motivées par différentes raisons, dont l’incompréhension et la méconnaissance. Elles ne sont par contre pas les plus fréquentes et l’opinion des gens tend à changer avec le temps.

La société d’aujourd’hui est le reflet d’une ouverture et d’une compréhension de plus en plus grandes quant aux réalités LGBT+. Certains droits (comme le mariage et l’adoption par les couples de même sexe) ont été gagnés, et la Charte des droits et libertés de la personne condamne l’homophobie et la transphobie. En milieu de travail, de plus en plus d’entreprises se mobilisent, à l’aide de partenaires comme Fierté au travail, afin de mieux accueillir et favoriser la diversité sexuelle en milieu de travail. Enfin, on peut voir également une plus grande diversité et un souci de la représentation des personnes LGBT dans les différents médias : téléséries, films, musique, articles de journaux, reportages, etc.

Bien qu’il reste encore du travail à faire, ces avancements sont positifs et confirment que notre société est de plus en plus ouverte envers les personnes LGBT.

Pour paraphraser Hillary Clinton sur ce sujet, l’important est de t’entourer de gens qui t’aiment et qui croient en toi – et sache qu’ils seront nombreux.

Cliquez ici si cet article vous a été utile.3


Existe-t-il des refuges ou des maisons d’hébergement pour les personnes LGBTQ+ qui se retrouvent en situation d’itinérance ou à risque d’itinérance? Est-ce que certaines viennent plus précisément en aide aux jeunes?

Il n’existe pas de refuge ou de maison d’hébergement exclusivement pour les personnes LGBTQ+ en situation d’itinérance encore au Québec. En Ontario, la YMCA’s Sprott House de Toronto, la première maison d’hébergement pour jeunes LGBTQ2S, est ouverte depuis 2015.

Cependant sur le territoire québécois, il y a un éventail de ressources d’urgence à court, moyen et long terme pour les jeunes itinérants ou à risque d’itinérance. Leurs missions et leurs clientèles sont variées. En effet, il y a des auberges pour mineurs, majeurs, femmes, hommes ou encore mixtes. Mais, en aucun cas, les critères d’admission ne sont basés sur l’orientation sexuelle de la personne. Elles sont plutôt fondées sur la volonté et la capacité de la personne à améliorer ou changer sa situation d’itinérance. Par contre, chaque maison d’hébergement pourrait adopter une approche pour mieux intégrer une personne lesbienne ou trans (par exemple) au reste du groupe.

Bien qu’il n’y ait pas de politique clairement établie pour protéger les jeunes LGBTQ dans les refuges ou maison d’hébergement au Québec, certains endroits sont reconnus par le milieu comme étant inclusifs.

 

Montréal :

Passage
1 514 875-8119
Ressource d’hébergement et d’insertion pour jeunes femmes en difficulté de 18 à 30 ans.
http://www.maisonpassages.com/
C.P. 1414, succursale Desjardins, Montréal, Qc, H5B 1H3
info@maisonpassages.com

Le Bunker
1 514 524-0029
Une maison d’hébergement d’urgence, mixte, pouvant recevoir 17 jeunes âgés de 12 à 21 ans.
http://danslarue.org/
Bureaux de Dans la Rue – 533, rue Ontario Est, Bureau 450
info@danslarue.org

Ailleurs au Québec :

Auberges du Cœur
1 866 992-6387
Aider les jeunes sans-abri à sortir de l’errance.
http://www.aubergesducoeur.com/les-auberges-du-coeur.html
info@aubergesducoeur.com

 

Toronto :

YMCA Sprott House
1(647)438-8383
Héberge les jeunes LGBTQ2S en difficultés âgés entre 16 et 24 ans.
http://ymcagta.org/youth-programs/youth-housing
21 Walmer Road ,Toronto, ON,  M5R 2W7
sprott@ymcagta.org

Cliquez ici si cet article vous a été utile.0


Comment essayer de savoir si nos parents vont réellement nous accepter après avoir fait notre coming out s’ils font des commentaires homophobes de temps à autres?

Le dévoilement de son orientation sexuelle à des proches est un événement marquant qui peut être accompagné d’anxiété et de craintes. Lorsque l’on entend un proche avoir des commentaires défavorables, discriminatoires ou teintés de jugement envers la diversité sexuelle (gai, lesbienne, bisexuel/le, trans, queer), on peut vivre un malaise, voir même pressentir qu’ils ne nous accepteront pas.

Pour tenter de parvenir à notre objectif, on peut intercepter un commentaire homophobe et demander à son parent de clarifier sa pensée « que veux-tu dire quand tu dis ça…? ». On peut donner sa position sur le sujet « je ne suis pas d’accord avec toi… » ou partager ses émotions sur le sujet « ça me blesse de t’entendre critiquer ou porter un jugement… ». On peut ainsi observer si notre parent apporte des nuances.

Il est toutefois important de ne pas tirer de conclusion trop rapidement. Pour véritablement connaître l’avis d’une personne et vérifier son niveau d’acceptation de l’homosexualité, il est nécessaire de lui poser la question. Malgré qu’une personne critique, elle peut avoir davantage d’ouverture et d’empathie lorsque la situation touche une personne proche, comme lorsqu’il s’agit de son enfant.  En fait, l’étape du coming out est la meilleure façon de savoir si nos parents nous acceptent tels que nous sommes dans notre orientation sexuelle. Cependant, le dévoilement de son orientation est un choix, et non une obligation, comme l’indique les questions et réponses suivantes :

Cliquez ici si cet article vous a été utile.0


Est-ce que ça ce peut être une fille qui aime les gais et que c’est ça qui l’attire?

Ce qui fait qu’une personne est attirée par une autre personne est d’ordre psychologique (personnalité, sens de l’humour, qualités, etc.), physique (ex. : taille, traits du visage, couleur des yeux, etc.) ou encore en lien avec des intérêts communs (passions, loisirs, sports, arts, etc.).

La question posée fait allusion aux stéréotypes de l’adolescent ou de l’homme gai et suppose que tous les gais se ressemblent. Par exemple, certaines caractéristiques du stéréotype renvoient à un adolescent ou un homme qui soigne son apparence, qui est intéressé par ce qui est socialement considéré comme plus « féminin », etc. Il est cependant faux de penser que toutes les personnes d’une même orientation sexuelle sont identiques ou même semblables. En vérité, il y a autant de diversité chez les personnes hétérosexuelles que chez les personnes LGBTQ+.

Il pourrait être intéressant de te questionner sur ce qui t’intéresse ou t’attire chez une personne. Tu pourras ensuite te demander certaines questions :

  • Est-ce que tous les ados ou hommes gais ont ces caractéristiques?
  • N’est-il pas aussi possible de retrouver ces caractéristiques chez des ados et des hommes hétérosexuels?

Ces questionnements pourraient t’aider à mieux saisir tes désirs et attirances, et tu remarqueras peut-être que les caractéristiques d’une personne ne dépendent pas de son orientation sexuelle.

Cliquez ici si cet article vous a été utile.0


Poser une question

N’oubliez pas que tout le monde a accès à la section « Foire aux questions », alors les renseignements personnels seront retirés de votre message. Si vous ne voulez pas que votre question soit publiée, visitez plutôt la section « Écoute et aide en privé ».


Ressources connexes