L’Observatoire

Observatoire de la violence envers les personnes LGBTQ+

(Nom provisoire)

En 2018, le Registre des actes homophobes d’Interligne deviendra l’Observatoire de la violence envers les personnes LGBTQ+ (nom provisoire). L’Observatoire visera non seulement à recenser les actes de violence envers les personnes LGBTQ+, mais aussi à offrir un espace sécuritaire pour permettre aux victimes de se confier et d’obtenir du soutien.  L’Observatoire sera donc :

  • Un service anonyme de signalisation des actes de violence
  • Un soutien aux victimes qui souhaitent entamer une démarche d’accompagnement
  • Un service d’analyse de données, y compris une cartographie ouverte des actes de violence
  • Des outils de sensibilisation

 

L’outil de signalisation des actes de violence de l’Observatoire sera un moyen anonyme et confidentiel de collecte d’information concernant tous les actes de violence envers les personnes LGBTQ+.

Les actes de violence recensés ne se limiteront pas à la violence physique. Ils comprendront tout comportement visant à établir et à maintenir le contrôle sur des individus ou des groupes. Ces actes peuvent être commis par des personnes connues de la victime (membres de la famille, partenaire intime, collègues, etc.), mais aussi par des étrangers ou des organisations. La violence déclarée pourra être physique, sexuelle, émotionnelle, psychologique, spirituelle, culturelle, verbale, financière ou prendre la forme de négligence. Elle comprendra également les manifestations de violence au sein des communautés LGBTQ+ ainsi que la violence conjugale.

En plus de permettre de dresser un portrait de la situation, l’outil offrira aux victimes, aux proches, aux témoins et au personnel travaillant dans le domaine de la santé et des services sociaux, l’occasion de se faire entendre et de raconter leur histoire. Il pourra également être un premier pas vers un processus de soutien psychologique ou de signalement aux autorités compétentes si tel est le souhait de la personne.

L’outil de signalisation est en cours de conception. Des consultations seront menées auprès d’organisations alliées spécialisées en matière de violence et de réalités LGBTQ+. Vous souhaitez participer aux consultations? Veuillez communiquer avec nous à eve.st-cyr@interligne.co.

Après avoir vécu ou signalé un acte de violence, les victimes peuvent vivre des émotions diverses, allant de la tristesse à la colère, en passant par l’anxiété et l’angoisse.  L’équipe de spécialistes en psychologie, travail social et sexologie d’Interligne demeurera présente 24 h sur 24 pour les soutenir, répondre à leurs questions et les rediriger vers des ressources spécialisées au besoin. Toute personne peut joindre l’équipe d’intervention par appel ou par texto au 1 888 505-1010 ou par clavardage à interligne.co/clavardage.
En plus de donner une voix aux victimes, l’outil de signalisation des actes de violence permettra d’obtenir des données qui pourront être analysées avec les objectifs suivants :

  • Illustrer, à l’aide d’une cartographie ouverte, les manifestations de violence envers les personnes LGBTQ+;
  • Identifier des modèles de comportement selon les types de violence;
  • Comprendre comment la dynamique change en fonction d’événements particuliers: par ex. politiques, sociaux, etc.;
  • Explorer les dynamiques dans l’espace et dans le temps (par ex. les relations inter-groupes au sein des communautés LGBTQ+, les différentes cibles de violence, les situations qui augmentent la vulnérabilité, etc.);
  • Contribuer à la mise au point d’interventions ciblées auprès des victimes;
  • Identifier les lacunes dans les rapports sur la criminalité et informer les politiques et les efforts de prévention et de sensibilisation.

Autrement dit, nous souhaitons, à l’aide des données, pouvoir répondre aux questions suivantes :

  • À quelle fréquence et dans quel contexte se produisent différents types de violence?
  • Qui commet des actes violents?
  • Contre qui la violence est-elle perpétrée?
  • Des groupes spécifiques sont-ils ciblés?
  • Est-ce que les victimes obtiennent de l’aide?
  • Quel pourcentage des actes représentent des actes criminels?
  • Combien de crimes sont signalés à la police?
  • Combien de crimes sont poursuivis en justice?

En somme, nous espérons qu’en fournissant des informations et des données reflétant la perspective des victimes et des communautés, nous pourrons faire la lumière sur les causes et les modèles qui conduisent à des cycles de violence.

Pour soutenir ses efforts de prévention, l’Observatoire proposera un lexique ainsi qu’une vidéothèque permettant de sensibiliser la population aux différentes formes de violence et aux réalités des victimes d’actes de violence.