HÉlène

Hélène Beaupré (elle/iel)

Coordination des programmes intersexes

Interligne

Hélène a commencé à travailler en mai 2019 pour Interligne et a depuis touché différents projets au sein de l’organisme. Actuellement, en plus de former les stagiaires et des bénévoles à ligne d’écoute, Hélène est depuis peu en charge de la coordination des projets intersexes. L’expérience de vie d’Hélène est diversifiée. De mère à militaire, rien ne l’arrête (même pas une petite ride !). Elle sera aumônier pour les Forces armées canadiennes puis, après quelques années, elle décide de retourner aux études pour compléter un BAC en travail social. Elle travaillera au Centre de luttes contre l’oppression des genres de 2016 jusqu’au début 2019. C’est au Centre qu’elle aura la chance de développer ses compétences dans l’accompagnement des personnes trans et d’approfondir sa connaissance des enjeux intersexes.

On entend souvent : « Il faut travailler pour réussir, dans la vie! » ou encore « Les personnes qui ne réussissent pas sont paresseuses! ». Ces adages capitalistes sont faux. Les personnes issues de toutes minorités confondues n’ont pas accès aux mêmes opportunités parce qu’elles sont souvent déclassées, rejetées, et même déshumanisées. Pour moi, il est important de déconstruire les barrières et les obstacles qui empêchent ces personnes de trouver leur place au soleil. Et c’est de participer à cette déconstruction qui donne sens à mon travail.
© 2021 Interligne |
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance (ARC): 118934579 RR 0001
| Une réalisation Bonheur en vrac
HÉlène

Hélène Beaupré (elle/iel)

Coordination des programmes intersexes

Interligne

Hélène a commencé à travailler en mai 2019 pour Interligne et a depuis touché différents projets au sein de l’organisme. Actuellement, en plus de former les stagiaires et des bénévoles à ligne d’écoute, Hélène est depuis peu en charge de la coordination des projets intersexes. L’expérience de vie d’Hélène est diversifiée. De mère à militaire, rien ne l’arrête (même pas une petite ride !). Elle sera aumônier pour les Forces armées canadiennes puis, après quelques années, elle décide de retourner aux études pour compléter un BAC en travail social. Elle travaillera au Centre de luttes contre l’oppression des genres de 2016 jusqu’au début 2019. C’est au Centre qu’elle aura la chance de développer ses compétences dans l’accompagnement des personnes trans et d’approfondir sa connaissance des enjeux intersexes.

On entend souvent : « Il faut travailler pour réussir, dans la vie! » ou encore « Les personnes qui ne réussissent pas sont paresseuses! ». Ces adages capitalistes sont faux. Les personnes issues de toutes minorités confondues n’ont pas accès aux mêmes opportunités parce qu’elles sont souvent déclassées, rejetées, et même déshumanisées. Pour moi, il est important de déconstruire les barrières et les obstacles qui empêchent ces personnes de trouver leur place au soleil. Et c’est de participer à cette déconstruction qui donne sens à mon travail.