Espace

INTERSEXE

Malgré deux décennies de mobilisation pour la reconnaissance des réalités et des droits intersexes, un manque généralisé de connaissances en la matière persiste encore aujourd’hui. 

 

on existe logo


Dans le système médical comme dans la vie de tous les jours, les personnes intersexes continuent d’être invisibilisées; pourtant, celles-ci représentent environ 1,7 % à 3 % des naissances recensées dans le monde.

Par ailleurs, certaines interventions chirurgicales et hormonales allant à l’encontre des droits humains continuent d’avoir lieu.

Les prises de décision hâtives quant au sexe, les traitements prescrits – pour ne pas dire forcés – par le corps médical afin de « corriger » les corps, ainsi que la minimisation de leurs effets psychologiques et physiques sur les personnes concernées sont des réalités excessivement troublantes. 


On existe!

Le programme On existe! se veut à la fois informatif et interactif. Dans la foire aux questions ci-bas, vous trouverez des informations pour vous initier aux réalités intersexes ou pour mieux les comprendre.

Si vous souhaitez continuer la conversation, vous pouvez nous écrire à l’adresse services@interligne.co. Vous pouvez aussi prendre rendez-vous avec une personne intersexe, bachelière en travail social, pour parler de ce qui vous préoccupe.

Que vous soyez une personne intersexe, un (futur) parent ou encore une personne curieuse, ce service s’adresse à vous. Pour prendre rendez-vous, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. Jusqu’à cinq rencontres d’une heure peuvent vous être offertes, par téléphone ou par Zoom. Chaque rencontre est confidentielle; vous pouvez également rester anonyme si vous le souhaitez.

Notre approche est non-pathologisante, centrée sur les besoins et l’autodétermination de la personne. Notre objectif est de favoriser le développement d’une vision positive et affirmative des réalités intersexes. La méconnaissance de ces réalités peut avoir des répercussions négatives importantes dans la vie des personnes concernées. Nous croyons que la diversité des corps devrait être valorisée et célébrée plutôt que stigmatisée et corrigée. 

On répond à vos questions

  • Pour vous inscrire, remplissez le formulaire ci-dessous.
  • Prochaine date : 6 juillet 2022

  • Heure : 18 h 30 à 20 h 30

  • Lieu : Centre St-Pierre

Foire aux questions Intersexes

Contrairement à la croyance populaire, être intersexe ne veut pas dire avoir deux appareils génitaux mâle et femelle complets. Intersexe ne veut pas non plus dire hermaphrodite. Hermaphrodite est un terme reçu comme une insulte lorsqu’il est question de désigner une personne intersexe.  

Une personne intersexe est une personne dont le corps présente des caractéristiques sexuelles innées qui ne correspondent pas aux définitions typiques de corps « mâle » ou « femelle ». Les caractéristiques sexuelles renvoient aux chromosomes, aux gonades, aux organes sexuels externes et internes, à la production hormonale et aux traits qui apparaissent à la puberté (ex.: pilosité, développement mammaire, etc.). Ces caractéristiques peuvent être visibles à la naissance ou apparaitre plus tard au cours de la vie, notamment à la puberté. Il existe plus de 40 variations recensées. On estime la population intersexe à 1.7% des naissances, mais la réalité est sans doute supérieure. La grande majorité de ces variations ne représentent aucun risque pour la santé. 

La non-binarité représente les identités de genre autres que la binarité exclusive homme/femme. Il est vrai que certaines personnes intersexes vont s’identifier comme non-binaires; or, les personnes intersexes peuvent aussi s’identifier comme homme ou femme. Il est important de ne pas généraliser.

Être intersexe est un état physique. Il est important de faire la différence entre l’identité de genre, qui relève du sentiment intime et personnel qu’une personne a par rapport à son genre indépendamment de son sexe assigné à la naissance, et lintersexuation, qurenvoie à des caractéristiques sexuelles innées. Les personnes qui utilisent le terme intersexe pour désigner une identité de genre contribuent à invisibiliser une réalité déjà très marginalisée. Intersexe ne renvoie pas à une identité de genre, mais à une caractéristique du corps dès la naissance.

Les personnes intersexes, entre autres, souffrent concrètement de la norme sociale binaire qui divise la société en deux catégories distinctes et exclusives : les femmes d’un côté et les hommes de l’autre. Il s’agit d’une question de droits humains. Les conséquences de cette catégorisation sont extrêmement violentes : les bébés intersexes subissent des opérations chirurgicales pour « normaliser » et « corriger » leur corps, alors que leur variation intersexe n’a aucune conséquence sur leur santé. L’ONU, qui défend les droits humains, a souvent dénoncé les opérations de normalisation : « Nul besoin de ‘corriger’ le corps des enfants intersexes : ces enfants sont parfaits tels qu’ils sont. »

Le corps médical est coincé dans une vision sociale binaire. C’est pourquoi, encore aujourd’hui, la plupart des médecins au Québec proposent et effectuent des traitements sur les bébés naissants si leurs organes génitaux sont ambigus. Le but de ces interventions médicales est d’adapter leur apparence aux normes binaires qui entourent les corps sexués. Il s’agit d’interventions chirurgicales uniquement cosmétiques !

Ces interventions suscitent la polémique car il n’y a aucune preuve tangible quant aux bénéfices de telles opérations. Ce qui est en jeu ici, c’est le consentement éclairé de l’enfant et des parents. Pour pouvoir donner un consentement éclairé, il faut être au courant de toutes les options possibles, des conséquences et des enjeux. Malheureusement, les parents sont, plus souvent qu’autrement, tenus dans l’ignorance et doivent décider des traitements administrés dans une urgence imposée par le système médical.

Les associations intersexes de par le monde ont des revendications communes : faire cesser les opérations et les traitements mutilants et « normalisants ». Pour cela, les lois de chaque pays doivent les interdire. 

Les personnes intersexes doivent être habilitées à prendre leurs propres décisions affectant leur intégrité corporelle, leur autonomie physique et leur autodétermination.

 

Sources pour la Foire aux Questions Intersexes :

Intersexes ? – Stop Mutilations Intersexes (stop-mutilations-intersexes.org)

Donner la parole aux personnes intersexes – AJL (ajlgbt.info)

 

justice-quebec-logo

Ce programme vous est présenté grâce à la participation financière de Justice Québec.

© 2022 Interligne |
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance (ARC): 118934579 RR 0001
| Une réalisation Bonheur en vrac