Foire aux
questions

Vous cherchez la définition d’un mot? Vous souhaitez en apprendre davantage sur un sujet en particulier? La FAQ est là pour vous! Si vous ne trouvez pas la réponse à votre question, n’hésitez pas à nous contacter par téléphone ou par texto au 1 888 505-1010.

imgFAQ_interligne_site2021

Foire aux questions

Que ce soit pour trouver la définition de certains mots ou encore pour en savoir plus sur un sujet en particulier, nous avons probablement la réponse. Si vous ne trouvez pas la réponse à votre question, n’hésitez pas à nous contacter par téléphone ou texto au 1 888 505-1010.

Désigne une personne qui éprouve une attirance physique, sexuelle, affective ou romantique pour les personnes d’un autre genre que le sien.

Exemple: une femme attirée par les hommes, un homme attiré par les femmes.

Les origines du triangle rose, avec la pointe tournée vers le bas, remontent aux premiers camps de concentration nazis. Symbole de persécution et de discrimination, il était utilisé dans l’univers nazi pour marquer les hommes gais et les femmes trans. C’est plus tard qu’il a été repris par les communautés LGBTQ+ comme symbole identitaire dans le but d’en faire un symbole positif de libération. Il est aussi vu comme un symbole commémoratif des personnes victimes du régime nazis.

Source:

Williams, Cristan. « 2008 Houston Transgender Day of Remembrance: Transgenders and Nazi Germany ».

Shankar, Louis. 2017. How the Pink Triangle Became a Symbol of Queer Resistance. 

Non. Une personne gaie ou lesbienne est une personne qui éprouve de l’attirance sexuelle, affective ou émotionnelle pour les personnes du même genre. Les goûts et les intérêts d’une personne ne sont pas directement liés à son orientation sexuelle et ne peuvent, en aucun cas, la définir. Il est possible qu’une personne LGBTQ+ se sente davantage interpellée par des milieux plus inclusifs et par des romans, des films, des artistes ou des loisirs qui touchent les enjeux d’orientation sexuelle ou d’identité de genre. Par contre, toutes les personnes qui ont ces mêmes intérêts ne sont pas nécessairement LGBTQ+.

Pas nécessairement. C’est une question personnelle, et personne ne peut t’obliger à faire un dévoilement. De faire ton coming out ou non est une décision qui t’appartient, comme le moment de celui-ci, à qui tu fait le dévoilement ainsi que comment. Certaines choses à considérer sont ta volonté de faire ton coming out, le soutien qui t’es disponible et si tu crois que cela pourrait mettre ta sécurité à risque.

Il s’avère toutefois intéressant de préciser que, pour plusieurs personnes non-hétérosexuelles, l’affirmation de leur orientation sexuelle peut représenter un point tournant dans leur vie, voire un geste libérateur d’une grande importance leur ayant permis de mieux accepter leur orientation sexuelle et leur identité. Un dévoilement met fin au stress lié au fait de devoir cacher une partie de soi et permet d’être plus authentique avec son entourage.

Source:

Coming Out : A Handbook For LGBTQ Young People. Trevor Project

Coming Out For Lesbian, Gay &n Bisexual Youth. LGBT Family Coalition

Définition de coming-out selon sos-homophobie.org

« Le coming out désigne l’annonce volontaire d’une orientation sexuelle ou d’une identité de genre à son entourage.
L’expression « coming out » vient du verbe anglais « to come out », qui signifie « sortir de ».

Mais sortir de quoi ? Du « placard », l’endroit dans lequel on se « planque », où l’on cache son désir, où l’on se réfugie parce qu’on a peur de ce qui pourrait arriver si l’on révèle qu’on est lesbienne, gay, bi ou trans. Dans la vie d’une personne, le coming out est un moment très important, une étape décisive dans l’acceptation de soi. Chacun-e se souvient du jour où il/elle a annoncé à ses parents, à ses frères et soeurs, à ses amis, à son entourage, qu’il/elle éprouvait un désir pour une personne du même sexe que le sien.

C’est un acte très courageux, un moment où l’on s’expose, et que l’on est amené à revivre souvent lorsque l’on parle de soi. Le coming out peut bien se passer, mais parfois il ne se déroule pas aussi facilement qu’on l’espérait. On ne choisit pas toujours le « bon » moment pour le faire — mais y en a-t-il vraiment un ? Il faut savoir bien s’entourer pour, au cas où la réaction des personnes ne serait pas celle attendue, ne pas être seul-e.

Ce qu’on appelle « outing » vient aussi de l’expression « coming out » mais, à la différence de l’acte volontaire et personnel qu’est le coming out, l’outing désigne l’acte de révéler qu’une personne est homosexuelle sans son accord. Pour la personne « outée », c’est un acte d’une grande violence, qui peut l’exposer et la fragiliser. »

Le dévoilement de son orientation sexuelle est une démarche progressive qui est très variable dans le temps, d’un individu à un autre et certaines personnes devront faire des coming-out tout au long de leur vie si elle souhaite divulger leur orientation sexuelle ou leur identité de genre aux nouvelle personnes qu’elles rencontrent. De plus, une personne peut choisir de faire un coming-out dans une sphère de sa vie (ex. : ami.e.s) et pas dans une autre (ex. : famille).

Si vous avez d’autres questionnements, n’hésitez pas à nous appeler au 1-888-505-1010 ou à consulter les autres questions de notre FAQ.

Source :
SOS-homophobie, (s.d.). Qu’est-ce que le coming-out?

Il n’y a pas de bonne ou mauvaise façon de faire son coming out. Tu peux planifier d’avance à qui tu veux le faire, quand et comment. Commencer par une personne de confiance qui a l’habitude de te supporter peut faciliter le processus. Tu peux le faire en personne, écrire une lettre, le faire au téléphone ou toute autre manière de communication qui te convient. Tu peux choisir le moment qui te semble propice, l’endroit où tu veux le faire et utiliser les mots avec lesquels tu es le plus à l’aise. Certaines personnes testent leur entourage en parlant de la communauté pour voir leur réaction, prennent le temps de réfléchir aux réactions possibles et à leurs propres attentes. D’autres personnes font leur coming out de manière plus spontanée et avec moins de préparation. Encore une fois, comment tu feras ton dévoilement est une décision qui t’appartient.

Source:

Coming Out : A Handbook For LGBTQ Young People. Trevor Project

La découverte de son orientation sexuelle est définitivement une étape importante dans la vie. Dans la réalité, l’orientation sexuelle s’impose rarement comme une révélation. La prise de conscience de ses attirances, préférences et sentiments se fait plutôt progressivement. C’est aussi la persistance des doutes et la permanence des indices qui peuvent mettre sur la voie les personnes en questionnement. Pour certaines personnes, expérimenter peut aider à confirmer ceux-ci. Ainsi, apprendre à s’écouter, se fier à ses sentiments et faire confiance à son ressenti représentent des attitudes qui favorisent la découverte de son orientation sexuelle.

Sources :

Meglioli, Véronique, Bien vivre son homosexualité au féminin, Ed. Jean-Pierre Deville, 2006

Ministère de la Santé et des Services sociaux en collaboration avec le CLSC des Faubourgs de Montréal, Bien vivre son orientation sexuelle – Les hommes et l’homosexualité, 1999

Il n’y a pas d’âge pour découvrir son orientation sexuelle, que l’on soit gai, lesbienne, hétéro ou toute autre orientation. Même si une grande partie des personnes non hétérosexuelles découvrent leur attirance à la puberté, d’autres la découvrent plus tardivement. Certaines personnes diront avoir ressenti une différence en bas âge alors que d’autres affirmeront s’être interrogées au sujet de leur orientation sexuelle à un âge avancé, parfois même après avoir été mariées.

Source :

Meglioli, Véronique, Bien vivre son homosexualité au féminin, Ed. Jean-Pierre Deville, 2006

L’acceptation de son orientation sexuelle autre qu’hétérosexuelle est une démarche progressive et personnelle qui est très variable dans le temps. Plusieurs étapes caractérisent ce processus d’acceptation, et chaque personne réalise son cheminement à son rythme, soit en fonction de sa personnalité, de son histoire, de son milieu de vie, de son âge, etc. Le processus est unique et flexible pour chaque personne. À ce sujet, voici les étapes du processus de cheminement au niveau de l’orientation sexuelle proposés par Demczuk, Dorais, Peers et Ryan. Rappelons qu’elles ne seront pas vécues par toutes les personnes en questionnement ni dans cet ordre en particulier :

• Questionnement sur son orientation sexuelle : Les personnes commencent à se demander si elles ne seraient pas différentes des autres et elles ressentent peut-être un sentiment d’isolement face à ces questionnements. Elle peut s’informer en cachette, mais n’en parlera pas nécessairement avec ses proches. Il peut y avoir des sentiments de culpabilité, de honte ou des pensées suicidaires.
• Reconnaissance de ses attirances : les personnes commencent à reconnaître leur attirance envers des personnes du même genre qu’elles ou de plusieurs genres. Il peut y avoir un conflit entre l’image de soi et ce que la société attend d’elles. Elles peuvent vivre de l’homophobie intériorisée (rejeter son orientation sexuelle) et se sentir marginalisées.
• Exploration des possibilités : les personnes vont explorer différentes relations sociales, sexuelles ou amoureuses possibles. Elles vont commencer à socialiser avec d’autres personnes de la communauté LGBTQ+ en voulant trouver une communauté d’appartenance qui leur ressemble. Il peut y avoir des épisodes dépressifs ou des idées suicidaires puisque ces personnes tentent de s’affirmer dans un contexte social plus ou moins homophobe.
• Acceptation relative de son orientation sexuelle : Les personnes sont prêtes à accepter leur orientation sexuelle et développent des relations amoureuses ou sexuelles avec un.e partenaire de leur choix. Elles peuvent participer à des activités communautaires de la communauté LGBTQ+. Il peut y avoir un rejet de la part de certain.e.s ami.e.s ou des membres de la famille.
• Valorisation de son orientation sexuelle : Les personnes voient leur orientation sexuelle comme positive et saine.
• Intégration de son orientation sexuelle : Les personnes se sentent bien avec leur sexualité et celle des autres. Elles poursuivent leur développement personnel sur autre chose que leur orientation sexuelle. Elles vont peut-être chercher des relations de couple stables. Il peut y avoir une réconciliation avec les proches. Il est quand même toujours possible de vivre de la discrimination dans la vie sociale et professionnelle.

Source:

PRISME, (s.d.). Sortie/coming-out.

Oui! L’orientation sexuelle et la façon dont nous choisissons de nous identifier ne sont pas uniquement dictées par les comportements, mais aussi par le désir et les attirances. L’orientation sexuelle est auto-identifée, ce qui veut dire que ton identification t’appartient. Si tu t’identifies comme une personne bisexuelle, personne ne devrait te questionner ou te remettre en doute parce que tu n’as pas eu de relation avec une personne du même sexe. C’est le cas pour toutes les autres orientations sexuelles.

Sources :

Fondation Émergence. Lexique 

Roberts, Ceri (2012). Can someone really be bi if they haven’t slept with a dude? 

Bisexual Resource Centre 

Tu ne trouves pas les
réponses à tes questions?

© 2022 Interligne |
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance (ARC): 118934579 RR 0001
| Une réalisation Bonheur en vrac