Foire aux
questions

Que ce soit pour trouver la définition de certains mots ou encore pour en savoir plus sur un sujet en particulier, nous avons probablement la réponse. Si vous ne trouvez pas la réponse à votre question, n’hésitez pas à nous contacter par téléphone ou texto au 1 888 505-1010.
imgFAQ_interligne_site2021

Foire aux questions

Que ce soit pour trouver la définition de certains mots ou encore pour en savoir plus sur un sujet en particulier, nous avons probablement la réponse. Si vous ne trouvez pas la réponse à votre question, n’hésitez pas à nous contacter par téléphone ou texto au 1 888 505-1010.

Non. La croyance à l’effet que tous les hommes gais ont des caractéristiques dites féminines et que toutes les femmes lesbiennes ont des caractéristiques dites masculines s’avère sans fondement. Il s’agit ici de stéréotypes et de préjugés. Comme en concluent de nombreuses études, il est impossible de déterminer l’orientation sexuelle d’une personne à partir de ses tenues vestimentaires ou, encore, de ses comportements et caractéristiques physiques. Certes, il arrive de rencontrer dans notre entourage des personnes gaies et lesbiennes qui dérogent des normes associées à la féminité ou à la masculinité. Cela dit, la réalité est que l’expression de genre varie d’une personne à l’autre, peu importe l’orientation sexuelle.

Non, pas nécessairement. Le fait d’utiliser des fantasmes comprenant des personnes de même genre pour atteindre l’excitation ou l’orgasme n’est pas un élément suffisant pour déterminer l’orientation sexuelle d’une personne. Les fantasmes résident dans l’imaginaire, mais ne se réalisent pas nécessairement dans la réalité. Le désir de vivre ses fantasmes dans la réalité, par contre, peut donner des indices plus clairs quant aux attirances sexuelles. Pour certaines personnes, l’attirance émotionnelle joue également un rôle important dans l’orientation sexuelle.

Ainsi, c’est en étant à l’écoute de son ressenti physique et émotionnel qu’on peut graduellement trouver réponse à ses questionnements.

Source:

Dictionnaire Larousse. Définition de fantasme

Trevor Project

Non. Plusieurs recherches ont été menées afin de trouver une explication à l’orientation sexuelle. De multiples théories ont été avancées, mais il n’y a pas de consensus. Peu importe les théories, on peut affirmer que l’on ne choisit pas son orientation sexuelle et qu’il n’y a pas de méthodes pour la changer.

La plupart des personnes gaies, lesbiennes, bisexuelles, pansexuelles ou asexuelles ont le sentiment de ne pas avoir choisi vers qui elles étaient attirées. Ces personnes étaient plutôt conscientes d’avoir des sentiments pour une personne du même genre ou de plusieurs genres à un âge précoce. Pour d’autres, ces sentiments ont évolué et se sont solidifiés à l’adolescence ou à l’âge adulte. Le choix semble être plutôt de vivre une vie heureuse et équilibrée avec les partenaires de leur choix ou de refouler leurs sentiments.

Les expériences, l’éducation et les influences peuvent avoir un impact, non sur l’orientation sexuelle, mais plutôt sur comment la personne va le vivre, l’accepter et en parler.

Source :
Interligne. (2021). Mythes et réalités LGBTQ+.
Fondation Émergence, On ne choisit pas son orientation sexuelle – dépliant, Journée internationale contre l’homophobie, campagne 2007

L’orientation sexuelle

L’orientation sexuelle est définie comme une attirance physique, sexuelle envers des personnes d’un ou plusieurs sexes ou genres. L’homosexualité, la bisexualité, la pansexualité, l’hétérosexualité, l’asexualité sont des exemples d’orientations sexuelles. L’orientation sexuelle « réfère aussi au sentiment d’identité personnelle et sociale basé sur ces attirances, les comportements pour les exprimer, et possiblement l’appartenance à une communauté de personnes qui les partagent».

L’orientation romantique

L’orientation romantique, quant à elle, se définie comme une attirance romantique et émotionnelle envers une autre personne. C’est un sentiment qui témoigne du désir de former une relation romantique, d’être en couple avec une personne d’un ou plusieurs sexes ou genres. L’homoromantisme, le biromantisme, le panromantisme, l’hétéroromantisme, l’aromantisme sont des exemples d’orientations romantiques.

Beaucoup de personnes ont une orientation sexuelle qui concorde à leur orientation romantique. « Cela signifie que le ou les genres des personnes de qui elles tombent amoureuses est le même que le ou les genres des personnes pour qui elles ressentent de l’attirance sexuelle. » Pour ces personnes, l’orientation sexuelle et romantique sont donc la même chose, et elles n’utilisent que leur orientation sexuelle pour se définir. « Mais ce n’est pas le cas de tout le monde car pour certaines personnes, les attirances sexuelle et romantique ne coincident pas. Ces personnes sont dites variorientées et utilisent une orientation romantique. »

Source :
Asexualité-s (s.d.). FAQ orientations romantiques.

LVEQ (2019). Orientation sexuelle et orientation romantique.

Définitions sur la diversité sexuelle et de genre. (2016) [En ligne]

Groupe de travail mixte contre l’homophobie, De l’égalité juridique à l’égalité sociale – Vers une stratégie nationale de lutte contre l’homophobie (PDF), rapport de consultation, mars 2007

 

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à appeler Interligne au 1-888-505-1010 ou à consulter le reste de notre FAQ.

L’hétéronormativité est la présomption que l’hétérosexualité est la norme valide, et que les relations hétérosexuelles sont la référence pour la détermination de ce qui est normale (valide) ou non. Cette attitude s’intègre dans un système hétérosexiste, qui réfère aux comportements et actions discriminatoires portant préjudice aux personnes de diversité sexuelle.

L’hétéronormativité met donc en place un système dominant dans lequel les personnes qui ne respectent pas ces normes (comme les personnes non hétérosexuelles, trans, ou non conformes aux stéréotypes de leur genre) sont considérées comme étant inférieures.

Si l’hétéronormativité dicte les conduites et les normes à suivre en matière de sexes, de genres et d’orientations sexuelles, l’hétérosexisme en assure le maintien, par l’exclusion sociale, la discrimination ou l’invisibilisation des individus dérogeant à ces normes.

Source:

Définitions sur la diversité sexuelle et de genre. (2016) [En ligne]

Définition de « Queer »

Le terme « Queer » est un mot anglosaxon signifiant « bizarre » ou « étrange ». Il a d’abord servi d’insulte envers les hommes homosexuels. Vers la fin des années 80, les personnes des communautés LGBTQ+ se le sont réapproprié pour en faire un symbole de contestation et d’auto-détermination face aux standards sociaux en matière de genre et de sexualité. Aujourd’hui, le terme peut être utilisé pour référer à « toute personne ou identité allant à l’encontre des normes structurant le modèle social hétéronormatif et cisnormatif» (CCGQ, 2014, p.21). Par exemple, une personne queer peut :

– ne pas adhérer à la binarité des genres et des sexualités (féminin vs. masculin; hétérosexualité vs. homosexualité) et se définir en-dehors des catégories traditionnelles de genre et d’orientation sexuelles, ou;
– refuser d’être étiquetées en fonction de son orientation sexuelle ou identité de genre.

Le terme « Queer » peut également être remplacé par allosexuel.le ou altersexuel.le. Il s’agit d’un terme parapluie au sens fluide qui englobe toutes les orientations sexuelles et identités de genre. Son utilisation permet d’affirmer une différence sans avoir à la définir de façon rigide. Plusieurs personnes LGBTQ+, malgré qu’elles puissent ne pas adhérer à la binarité des genres et sexualités et refuser les étiquettes, ne s’identifient pas au terme queer. Il est important de reconnaître l’identification choisie par la personne.

N’hésitez pas à nous appeler au 1-888-505-1010 ou à visiter les autres questions de notre FAQ si vous avez davantage de questionnements.

Sources :

Définitions sur la diversité sexuelle et de genre. (2016) [En ligne]

altersexuel. (2014, janvier 17). Wiktionnaire.

Dictionnaire SansAgent. (Sans date). Allosexuel.

Gauthier, Yves. (2003). Génocide d’un trait culturel, Fugues, tion of “Queer”.

Chambre de commerce gaie du Québec.(2014). Lexique LGBT sur la diversité sexuelle et de genre en milieu de travail.

Beaucoup de gens croient à tort que l’homosexualité se résume à un simple comportement sexuel entre deux personnes du même genre. Dans les faits, l’homosexualité représente une réalité beaucoup plus vaste qui englobe l’attirance physique, sexuelle, affective ou romantique envers une personne du même genre.

Si on s’attarde à la vision de l’homosexualité à travers les époques, on peut dire qu’il y a une grande variation. On peut penser, par exemple, à l’époque de la Grèce antique où l’homosexualité était vue comme un comportement normal. Il y a également certaines sociétés, certaines cultures qui croient que les personnes homosexuelles sont dotées de pouvoirs magiques et leur attribuent le titre de chaman.

Dans l’histoire de l’Occident, l’homosexualité est, par contre, très sévèrement punie pendant de nombreux siècles, notamment à cause du christianisme. Des allégations d’homosexualité suffisaient à faire condamner un accusé à la torture ou au bûcher; l’une des dernières exécutions massives légales de personnes homosexuelles a lieu dans la République des Provinces-Unies (Pays-Bas) en 1730.

Au Canada, l’homosexualité n’est plus considérée comme une maladie mentale depuis 1973. Mentionnons également qu’en 1969, le gouvernement fédéral décriminalise l’homosexualité. Au fil des années, plusieurs lois sont venues consolider le droit à l’égalité des personnes homosexuelles, comme le droit de se marier civilement au Canada à partir de 2005.

Par contre, il faut se rappeler que l’homosexualité est toujours illégale dans 69 pays en 2021 et passible d’emprisonnement à perpétuité ou de peine de mort.

Source:
Interligne. (2021). Mythes et réalités LGBTQ+.

Lee, John Alan (2015). Homosexualité.

RÉZO (s.d.). Historique de la situation de l’homosexualité au Québec et dans les pays occidentaux.

Corraze, Jacques, L’homosexualité, Presses Universitaire de France, Que sais-je?, 1982

L’aromantisme est un terme parapluie incluant les personnes qui ne ressentent pas ou peu d’attirance romantique. Une personne aromantique peut être en relation de couple, mais elle ne ressentira pas ou peu de sentiments amoureux envers cette personne, ce qui ne l’empêchera pas de développer des liens affectifs significatifs avec son/sa partenaire.

Une personne aromantique peut avoir du désir sexuel et une vie sexuelle active sans vouloir de relation amoureuse. L’aromantisme est un spectre et se vit différemment d’une personne à l’autre.

L’asexualité est un terme parapluie incluant les personnes qui ne ressentent pas ou peu d’attirance ou de désir sexuel. Il est important de faire la distinction entre le célibat ou l’abstinence et l’asexualité. Dans le cas du célibat ou de l’abstinence, la personne choisit de ne pas avoir de relations sexuelles. Dans le cas de l’asexualité, au même titre que les autres orientations, il ne s’agit pas d’un choix.

Une personne asexuelle peut avoir le désir de former une relation de couple avec une autre personne sans ressentir le besoin d’avoir des relations sexuelles avec son ou sa partenaire. Comme les autres orientations sexuelles, l’asexualité se vit différemment d’une personne à l’autre et inclut une diversité de degrés d’attirances, par exemple, certaines personnes asexuelles ressentent du désir seulement après avoir créé un lien affectif fort avec une personne, alors que d’autres n’en ressentiront jamais et ressentiront même du dégoût envers les relations sexuelles.

drapeau asexualité
Drapeau de l’asexualité

Sources : Asexualité-s (2013). Introduction à l’asexualité.

Lebuysson, Brigitte (2015). L’asexualité, qu’est-ce que c’est ?

Dubuc, Dominique (2017). Les mots de la diversité liés au sexe, au genre et à l’orientation sexuelle.

Comme l’explique Diane Labelle, personne bispirituelle d’origine iroquoise : « Chez nous, la bispiritualité se rapporte à un autre genre [qui comprend les personnes] qui ne sont pas traditionnellement limitées à un corps ou une biologie. Donc, [des personnes] sont capables d’en faire un peu plus. [Pour les personnes autochtones, la bispiritualité] est plus que l’orientation sexuelle ou faire partie de la communauté LGBTQ+, parce qu’on parle de l’esprit. »

Tu ne trouves pas les
réponses à tes questions?

© 2021 Interligne |
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance (ARC): 118934579 RR 0001
| Une réalisation Bonheur en vrac